Mon avis sur « La peau des filles » de Joanne Richoux

Autres romans chroniquéde la même autrice :

Les collisions – PLS – Désaccordée – Toffee Darling – T’as vrilléVirgile & Bloom

Quatrième de couverture :

Pour Rose et Louise, l’heure est aux renoncements : la première affronte un divorce, son corps en abîme, sa colère sourde, la deuxième se débat avec le réel et un “trouble anxieux généralisé”. Entre elles se trouve Jenna, sexualité revendiquée sous les regards, invariablement à l’équilibre. Jenna qu’un coup de fil va surprendre un matin : son père est à l’hôpital. C’est le cœur.

Précipitées sur la route à l’orée de l’été, direction l’Au­vergne et la famille de Jenna, les trois trentenaires vont alors faire le choix de la césure, cap sur la côte basque. En espérant que l’océan leur offre du répit face à la peur de la perte, et tous les plaisirs des vacances improvisées : rencontres éphémères, caresses des embruns, peaux dorées, étreintes sous des draps aux odeurs neuves. Le temps d’une échappée, apprendre à respirer sans entraves, enfin.

“La Peau des filles” est le roman solaire d’une transformation, celle qui suit le passage à l’âge adulte et ses étonnements. C’est la découverte de ce qu’est la liberté, intime, véritable, dense ; la réconciliation dans un grand éclat de rire et quelques larmes sous la pluie – une dernière fois – avec sa chair, celle des autres, et l’espace souvent opaque qu’il y a au milieu.

Lire la suite de « Mon avis sur « La peau des filles » de Joanne Richoux »

Mon avis sur « Un pont entre nous » de Bill Konigsberg

Pour voir la liste des Trigger Warning, surlignez ci-dessous :

suicide – dépression – grossophobie – harcèlement scolaire

Quatrième de couverture :

Pour Aaron et Tillie, quatre destins sont possibles, mais un seul mène au happy end.
Ils ont beau ne pas se connaître, Aaron et Tillie ont le même projet : sauter du pont George Washington. Leurs destins, s’ils sont liés, ne sont pourtant pas scellés. Ils peuvent encore emprunter différents chemins : Aaron saute, mais pas Tillie. Tillie saute, Aaron non. Ils sautent tous les deux… … ou ni l’un, ni l’autre.
Quatre scénarios à découvrir, ainsi que leurs conséquences tour à tour poignantes, terribles, saisissantes et lumineuses. Une chose est certaine : personne ne sortira indemne de cette lecture.

Lire la suite de « Mon avis sur « Un pont entre nous » de Bill Konigsberg »

Mon avis sur « Nos coeurs aidants » de Célia Samba

Autre roman chroniqué de la même autrice :

La rue qui nous sépare

Quatrième de couverture :

Laurie vit avec son frère, Eliott, et leur mère, gravement malade, qui requiert une attention de tous les instants. Refusant de l’abandonner, Laurie décide de s’occuper entièrement d’elle, quitte à mettre sa propre vie entre parenthèses. A dix-neuf ans, Laurie devient aidante, tout comme son frère. Mais pour Eliott, qui vient d’entrer au lycée, le quotidien est de plus en plus difficile à la maison. Quant à Laurie, sans se l’admettre, elle s’épuise.
Tout bascule avec l’arrivée du nouvel auxiliaire de vie : Xander, vingt-trois ans, aussi beau que compétent. Ce dernier perçoit immédiatement les souffrances de cette famille, et décide de tout faire pour les en délivrer. En commençant par rappeler à Laurie qu’elle doit vivre, elle aussi.

Lire la suite de « Mon avis sur « Nos coeurs aidants » de Célia Samba »

Mon avis sur « Six mois par an » de Clara Duarte

Quatrième de couverture :

L’histoire d’Hana et Ro, c’est… une bagarre, un supermarché, beaucoup de spaghettis, une salle de bain écoeurante, un piano électronique et beaucoup trop de plantes.
C’est bordélique, maladroit, mais c’est aussi beau. Surtout, c’est évident. Ça l’est tellement qu’Hana pense que ça pourrait durer éternellement.
Et puis, le 31 août, Hana s’endort paisiblement au côté de Ro. Mais à son réveil, Ro n’est plus là.
Disparue, sans laisser de traces. Envolée, sans que personne se souvienne d’elle, sauf Hana. Comme si, au final, Ro n’avait tout simplement jamais existé.
Qui est vraiment Ro, cette jeune fille mystérieuse et pourtant pleine de vie ?

Lire la suite de « Mon avis sur « Six mois par an » de Clara Duarte »

Mon avis sur « Lettre à toi qui m’aimes » de Julia Thévenot

Quatrième de couverture :

Yliès et Pénélope, ça sonne comme un couple fait pour s’aimer, un duo romantique de lettrés ; c’est musical, gourmand, sucré-salé. Alors pourquoi Pénélope ne l’aime-t-elle pas, Yliès, hein ? Elle joue avec lui, en plus, sérieux : du jour où elle l’a rencontré, elle a su qu’elle lui plaisait. Elle l’a senti, compris. Alors pourquoi, pourquoi, l’a-t-elle laissé s’approcher, s’amouracher, se glisser dans son quotidien et ses amitiés, aller aussi loin, aussi près ? Pourquoi ne veut-elle pas l’aimer ?

Lire la suite de « Mon avis sur « Lettre à toi qui m’aimes » de Julia Thévenot »

Mon avis sur « Kérozène » d’Adeline Dieudonné

Autre roman chroniqué de la même autrice :

La vraie vie

Quatrième de couverture :

Une station-service, une nuit d’été, dans les Ardennes.
Sous la lumière crue des néons, ils sont douze à se trouver là, en compagnie d’un cheval et d ‘un macchabée. Juliette, la caissière, et son collègue Sébastien, marié à Mauricio. Alika, la nounou philippine, Chelly, prof de pole dance, Joseph, représentant en acariens… Il est 23h12. Dans une minute tout va basculer.
Chacun d’eux va devenir le héros d’une histoire, entre elles vont se tisser parfois des liens. Un livre protéiforme pour rire et pleurer ou pleurer de rire sur nos vies contemporaines.
Comme dans son premier roman, La Vraie Vie, l’autrice campe des destins délirants, avec humour et férocité.
Les situations surréalistes s’inventent avec naturel, comme ce couple ayant pour animal de compagnie une énorme truie rose, ce fils qui dialogue l’air de rien avec la tombe de sa mère, ou encore ce déjeuner qui vire à l ‘examen gynécologique parce qu’il faut s’assurer de la fécondité de la future belle-fille. Elle ne nous épargne rien, Adeline Dieudonné : meurtres, scènes de sexe, larmes et rires. Cependant, derrière le rire et l’inventivité débordante, sa lucidité noire fait toujours mouche. Kérozène interroge le sens de l’existence et fustige ce que notre époque a d ‘absurde.

Lire la suite de « Mon avis sur « Kérozène » d’Adeline Dieudonné »

Mon avis sur « Dernières amours à l’automne de ma vie » de Nicole Ricaud

Quatrième de couverture :

L’amour à la soixantaine quand on ne l’attend plus, à quoi ça tient ? A cette beauté qui croise votre chemin ? A cette jeune fée rusée qui se joue de vous et vous manipule ? A ce feu follet qui se dérobe sans jamais se rendre ? Au pardon sans concession de ceux qui en silence ne cessèrent jamais de vous aimer ? Où est la vérité pour celui qui s’est égaré dans ces sentiers qu’il ne connaît plus ? Et comment revenir en arrière quand on s’y est perdu ? Dans le roman « Dernières amours à l’automne de ma vie » la question que se pose Arthur Lesueur quand son affaire commence à mal tourner est la suivante : mais qu’est-ce qu’il y a eu d’attirant dans cette histoire improbable pour qu’il se sépare de sa femme ?

Pour voir les Trigger Warning, surlignez ci-dessous :

TCA

Lire la suite de « Mon avis sur « Dernières amours à l’automne de ma vie » de Nicole Ricaud »

Mon avis sur « Le Choeur des femmes » de Martin Winckler et Aude Mermilliod 

Quatrième de couverture :

Je m’appelle Jean Atwood. Je suis interne des hôpitaux et major de ma promo. Je me destine à la chirurgie gynécologique. Je vise un poste de chef de clinique dans le meilleur service de France. Mais on m’oblige, au préalable, à passer six mois dans une minuscule unité de  » Médecine de La Femme « , dirigée par un barbu mal dégrossi qui n’est même pas gynécologue, mais généraliste! S’il s’imagine que je vais passer six mois à son service, il se trompe lourdement. Qu’est-ce qu’il croit? Qu’il va m’enseigner mon métier? J’ai reçu une formation hors pair, je sais tout ce que doit savoir un gynécologue chirurgien pour opérer, réparer et reconstruire le corps féminin. Alors, je ne peux pas – et je ne veux pas – perdre mon temps à écouter des bonnes femmes épancher leur coeur et raconter leur vie. Je ne vois vraiment pas ce qu’elles pourraient m’apprendre.

Lire la suite de « Mon avis sur « Le Choeur des femmes » de Martin Winckler et Aude Mermilliod « 

Mon avis sur « Suggested reading » de Dave Connis 

Quatrième de couverture :

Quel est le point commun entre L’Attrape-coeurs et Hunger Games ? Ce sont des romans. Des romans interdits dans le lycée de Clara. Quand la jeune fille découvre que, depuis des années, des oeuvres y sont censurées sans que personne n’en sache rien, elle décide d’entrer en résistante. Son plan ? Monter une bibliothèque clandestine dans son casier. Et montrer qu’en aucun cas, les livres ne peuvent être dangereux.

Lire la suite de « Mon avis sur « Suggested reading » de Dave Connis « 

Mon avis sur « Un jour de plus de ton absence » de Mélusine Huguet

Pour voir les Trigger Warning, surlignez ci-dessous :

viol

Quatrième de couverture :

Félicitations, madame Loiseau. Vous allez être maman !

Fonder une famille avec Antoine, c’est le rêve de Jade depuis le tout premier jour de leur amour. Elle devrait nager en plein conte de fées : Antoine est fou de joie, ils ont la trentaine, des situations professionnelles stables, un appartement avec une chambre supplémentaire et des familles aimantes, toutes prêtes à accueillir cette nouvelle vie. Une seule ombre plane sur ce tableau idyllique : celle du mensonge qui dévore progressivement Jade…

Un roman qui aborde avec finesse et force certaines des questions les plus sombres de notre société à travers le parcours d’une héroïne bouleversante, modèle de résilience et d’espoir.

Lire la suite de « Mon avis sur « Un jour de plus de ton absence » de Mélusine Huguet »