Mon avis sur « Collectif Black Bone, tome 1: Coltan song » de Manu Causse, Emmanuelle Urien, Maylis Jean-Préau & Marie Mazas

Publication Instagram beauté éthique nude (1)Collectif Black Bone, tome 1: Coltan song

Manu Causse, Emmanuelle Urien, Maylis Jean-Préau & Marie Mazas

Edition : Nathan

Genre : Policier / Young Adult

Pages : 302.

 

j'ai adoré

 

Quatrième de couverture :

Marie, 18 ans, vient de perdre sa mère journaliste dans un accident de la route. En triant ses affaires, elle comprend qu’Irène s’intéressait aux conditions de fabrication d’un smartphone dernière génération et à un mystérieux individu lié à cette entreprise. Et si la mort de sa mère n’était pas accidentelle ?
Avec l’aide de Léo, un jeune hackeur, et de sa marraine, reporter italienne, Marie reprend l’enquête et remonte la piste d’un trafic de minerais rares en Afrique. Elle apprend que son père a été assassiné avant sa naissance en Sierra Leone. Marie veut révéler au grand jour ce trafic et le nom des meurtriers de ses parents. Mais les voix de deux adolescents et d’une journaliste peuvent-elles faire le poids contre une entreprise internationale ?

 

Avis :

Merci à Nathan pour l’envoi des épreuves. Un roman que j’ai eu avec la rentrée littéraire de Janvier. Je n’étais pas sûre de le tenter parce que le thriller/policier, comme je le dis souvent, j’ai du mal. Mais j’ai de plus en plus de bonnes surprises ! Aurais-je changé d’avis sur le genre ?

Il faut savoir qu’il est écrit à 8 mains (soit 4 auteurs). Ce que je trouve incroyable. Comment ont-ils construit l’histoire ? Les personnages ? Comment ont-ils écrit et réalisé le fil de l’histoire ? C’était hyper bien écrit et vraiment agréable.

J’ai trouvé qu’il y avait un réel travail pour être au plus proche de la réalité. On a l’impression de vraiment suivre un travail de journaliste qui essai de faire éclater au grand jour la vérité. Les chapitres sont courts et haletants. On alterne entre plusieurs points de vue ce qui ajoute une profondeur et un côté page turner non négligeable.

J’ai trouvé juste dommage qu’il y ait eu des petites facilités dans l’intrigue. Par exemple notre protagoniste semble n’avoir aucun ami. Les personnages manquent un peu de relief. Il n’y a rien autour à part cette enquête et c’est dommage. Et la pseudo histoire d’amour m’a fait lever les yeux au ciel. Ca arrive comme une cheveu sur la soupe et ça n’apporte rien. La fin est rapide et vite conclue.

La tension vient crescendo et j’ai eu du mal à le lâcher. On laisse entrevoir une suite sur quelque chose de totalement différent et c’est agréable d’avoir tout de même des réponses à nos questions dans ce premier tome. Bien évidemment on dénonce nombre de choses et c’est un roman bien ancré dans l’actualité.

En bref, un roman qui reste hyper intéressant malgré ses imperfections.

• • •

En gros j’ai aimé le livre et l’intrigue mais moins les personnages et les relations qu’ils entretiennent

 

Mon avis sur « Meurtre mode d’emploi » d’Holly Jackson

meurtre mode d'emploiMeurtre mode d’emploi

Holly Jackson

Traduction : Julie Sibony

Edition : Casterman

Genre : Policier / Thriller

Pages : 523.

 

coup de coeur

 

Quatrième de couverture :

Il y a cinq ans, Sal Singh s’est accusé du meurtre de sa petite amie, Andie Bell, avant de se donner la mort. La police est sûre que l’affaire est résolue. Toute la ville aussi. Sauf Pippa…
La jeune fille réouvre alors l’enquête et déterre un à un des secrets compromettants au sujet d’Andie.
La liste des suspects se rallonge. Mais à trop s’approcher de la vérité, Pippa alerte aussi le véritable meurtrier… se mettant elle-même en danger.

Lire la suite de « Mon avis sur « Meurtre mode d’emploi » d’Holly Jackson »

Mon avis sur « L’homme qui voulait devenir psychopathe » de Laurent Malot

l'homme qui voulait devenir psychopatheL’homme qui voulait devenir psychopathe

Laurent Malot

Edition : French Pulp (polar)

Genre : Thriller / Humoristique

Pages : 152.

mitigé

 

Quatrième de couverture :

Victor Bourgeois a quarante-six ans, une femme et deux enfants. Toute sa vie, il a marché dans les clous pour finalement devenir un pion parmi les pions, sans relief ni éclat.

Si le constat est amer, il a encore l’énergie pour bousculer le destin. Mais les expériences qu’il tente pour avoir quelque chose à raconter se révèlent fades et douloureuses…

Même son suicide n’est pas une réussite ! C’est alors que surgit la révélation : il n’est pas parvenu à se tuer parce qu’il est fait pour tuer les autres !

Le seul hic, devenir psychopathe ne s’improvise pas…

 

Avis :

Merci à NetGalley et French Pulp pour l’envoi de cet ebook. Séduite par la couverture et la quatrième, j’avais très envie de découvrir ce roman dont je n’avais pas entendu parler. Ce qui est cool avec la plateforme NetGalley c’est que l’accès au catalogue vous permet de demander des romans qui sortent un peu de vos habitudes. J’avoue que je ressors mitigée de ma lecture parce que je m’attendais à autre chose.

Je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus drôle. Ici, l’humour est cynique et noir. J’avoue avoir eu un peu de mal. En plus, j’ai mis du temps à m’adapter au style de l’auteur.

Il nous plonge dans les pensées de son personnage principal qui n’en peut plus de sa vie plan-plan de monsieur tout le monde et veut se faire remarquer. Pour sortir du lot, il a décidé de devenir psychopathe.

On est loin de rentrer dans la psychologie pure du personnage mais plutôt dans son aventure burlesque et décalée. J’avais l’impression d’être trop détachée de ce personnage qui reste très froid. Du coup, je n’avais aucune empathie pour lui, il était juste pathétique et pas très malin.

En revanche on nous présente une critique à peine voilée de la société actuelle et on nous apporte des pistes de réflexions intéressantes. Comment avoir l’impression de vivre sa vie pleinement ? Comment échapper aux schémas pré-établis qui ne nous conviennent pas ? Pourquoi choisir le mal plutôt que le bien ?

En bref, un roman qui ne m’aura pas vraiment convaincue, dommage. Je pense qu’il était un peu trop absurde et déjanté pour moi.

• • 

Mon avis sur « Sadie » de Courtney Summers

SadieSadie

Courtney Summers

Traduction : Marie-José Thériault

Collection / Maison d’édition : La Martinière

Genre : Policier / Thriller

Pages : 330.

 

j'ai adoré

◊ ATTENTION ◊

Ce roman contient des scènes et des thématiques potentiellement choquantes en ce qui concerne la pédophilie / le viol / la violence

 

Quatrième de couverture :

Sadie, 19 ans, s’est volatilisée. Pour West McCray, journaliste à New York, il s’agit d’une banale disparition. Mais quand il découvre que sa petite soeur, Mattie, a été tuée un an auparavant et que sa mère a elle aussi disparu, sa curiosité est éveillée. West se lance alors à la recherche de Sadie et les témoignages qu’il recueille vont alimenter sa série de podcasts…
Sadie, elle, n’a jamais pensé que son histoire deviendrait le sujet d’une chronique à succès. Elle ne désire qu’une chose : trouver l’homme qui a tué sa soeur.
Qui est réellement cet homme ? Comment est-il entré dans la vie de Mattie ? Tandis que Sadie remonte la piste du tueur, West remonte celle de Sadie. Et se dessine, progressivement, la figure d’un homme – d’un monstre ! – qui pourrait bien frapper à nouveau…
West retrouvera-t-il Sadie à temps ?

 

Avis :

Un livre que j’avais beaucoup vu passer sur les comptes anglophones. Il avait de super avis et surtout une magnifique couverture. Quand j’ai appris sa sortie en français je me suis jetée dessus. Au final c’est dommage, j’aurais préféré le lire en anglais.

Si j’étais très mitigé au départ, au fur et à mesure que l’histoire avançait j’aimais de plus en plus ce que je lisais. Je suis partie à la découverte de ce roman sans avoir lu la quatrième de couverture, comme ça m’arrive de plus en plus souvent, seulement en me fiant aux avis et à mon instinct.

Le début de l’intrigue est lent. Les choses se mettent très doucement en place. Je ne comprenais pas l’intérêt de ce qui était dit, j’avais l’impression de mouliner et j’avais l’impression qu’on se répétait beaucoup. Finalement les zones d’ombre s’éclaircissent et on finit par ne plus pouvoir lâcher le bouquin.

Les chapitres alternent entre la vision de Sadie et la retranscription podcast d’un journaliste qui enquête sur sa mystérieuse disparition. Un roman glaçant qui révèlera des secrets sombres. Beaucoup plus sombres que ce que j’avais pu imaginer au début.

Je me suis sentie très proches des personnages. On devient peu à peu captivés par l’histoire et la façon dont s’est raconté. L’originalité du découpage nous tient en haleine jusqu’au bout. La fin est très ouverte et je suis assez mitigée sur celle-ci.

En bref, un excellent thriller sombre qui vous déroutera et vous emportera dans sa spirale. A découvrir !

• • •

Je vous laisse le super trailer du roman :

Mygale – Thierry Jonquet

mygaleMygale

Thierry Jonquet

Genre : Thriller / Policier

Pages : 153.

 

inclassable

 

Quatrième de couverture :

C’est un des huis – clos les plus effrayants de l’histoire du roman policier et le chef-d’oeuvre de l’auteur. Le récit de la vengeance machiavélique de Richard Lafargue, un chirurgien dont la fille Viviane a été violée et en a perdu la raison, contre le coupable sur lequel il s’acharne en mobilisant toutes les ressources de son savoir médical. Comme toujours chez Thierry Jonquet, le suspense s’incarne dans une dimension physique qui donne au livre une tension extraordinaire. La violence n’est pas une notion abstraite, elle s’inscrit dans la chair même des personnages. Le milieu médical que l’auteur connaît bien pour y avoir exercé à ses débuts devient une métaphore de la société tout entière vouée à la violence. Récit inoubliable et dérangeant qui met en évidence l’existence de pulsions morbides, sous le couvert des apparences de la normalité la plus ordinaire.

Avis :

Je suis totalement sortie de ma zone de confort avec ce lire prêté par mon amie Emi ! En discutant des livres qui nous ont marqué par leur dureté elle m’a dit que celui-ci était pas mal. Effectivement, il ne laisse pas de marbre. Pour ceux à qui ce nom évoque quelque chose, il a été adapté au cinéma sous le nom « La piel que habito ».

Je vous conseille de vous lancer dans cette lecture sans lire la quatrième de couverture. Sachez seulement que l’on va suivre l’histoire d’une femme qui est séquestrée par un homme, qu’au début on ne sait rien sur eux, ni pourquoi elle est là mais que l’on va découvrir peu à peu les raisons.

Glaçant, ce huis-clos vous retournera l’estomac. Pourtant je n’ai pas été attachée aux personnages plus que cela. Le style froid de l’auteur m’a freiné et m’a tenue un peu à l’écart des sentiments de ses personnages.

Comme d’habitude avec ce genre de roman, j’avais envie de tourner les pages plus vite pour en arriver aux conclusions. Heureusement pour moi ce livre est très court et je l’ai lu d’une traite.

J’ai cru deviner la fin et tout le dénouement. Mais j’étais loin du compte. Ce roman est juste affreux. J’ai été surprise de découvrir toutes les raisons de l’enlèvement de cette femme. Jusqu’aux dernières pages on se fait mener en bateau par l’auteur.

En bref, je ne pourrais pas dire que j’ai aimé ce roman tant il est froid et horrible par la thématique, mais je peux vous dire qu’il me restera en mémoire.

• • •

Quand je découvre toute l’horreur d’un roman :

La princesse des glaces -Camilla Läckberg

La princesse des glaces9782330056810

De Camilla Läckberg

Genre : Policier

Note : 14/20

Pages : 509.

 

Quatrième de couverture :

Erica Falck, trente-cinq ans, auteur de biographies installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance, Alexandra Wijkner, nue dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête (à moins qu’une certaine tendance naturelle à fouiller la vie des autres ne soit ici à l’œuvre), Erica se convainc très vite qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point – et sur beaucoup d’autres -, l’inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint.

A la conquête de la vérité, stimulée par un amour naissant, Erica, enquêtrice au foyer façon Desperate Housewives, plonge clans les strates d’une petite société provinciale qu’elle croyait bien connaître et découvre ses secrets, d’autant plus sombres que sera bientôt trouvé le corps d’un peintre clochard – autre mise en scène de suicide.

Au-delà d’une maîtrise évidente des règles de l’enquête et de ses rebondissements, Camilla Läckberg sait à merveille croquer des personnages complexes et – tout à fait dans la ligne de créateurs comme Simenon ou Chabrol – disséquer une petite communauté dont la surface tranquille cache des eaux bien plus troubles qu’on ne le pense.

Avis :

Un genre qui s’éloigne vraiment des livres que je lis d’habitude. Un cadeau fait par ma petite soeur pour Noël. J’avais quelques appréhensions en commençant ce livre qui ont été confirmées

Je n’ai pas vraiment accroché à l’histoire du livre et aux différents personnages. Je n’arrive vraiment pas à être embarquée avec le genre policier, ne pas comprendre et découvrir les indices au fur et à mesure. C’est un style un peu long alors que j’aime quand il y a beaucoup d’action.

Dans ce livre on rencontre Erica, écrivain dans une petite ville de Suède. Elle découvre un jour le corps d’une vieille amie d’enfance dans une baignoire, les poignées tailladés. Mais son instinct la pousse à croire qu’il ne s’agit que d’un meurtre déguisé et se met à enquêter sur les circonstances de cette mort inattendue.

Puis l’histoire commence avec les points de vue de différents personnages : sa soeur Anne, son meilleur ami Dan, le policier Patrik, le chef du commissariat Melberg etc. Je n’ai pas ressenti de réel attrait pour eux sans pour autant être totalement indifférente. Le livre est très axé sur les différentes visions et ressentis des uns et des autres.

Le manque d’action a renforcé mon indifférence et le fait que j’ai trouvé le roman long. Pourtant la plume de Camilla Läckberg m’a tout de même donné envie de continuer le livre pour découvrir tous les secrets de cette affaire. De plus il m’arrive vraiment très rarement d’abandonner un roman. Ma curiosité me pousse toujours à vouloir connaitre la fin.

En bref, un roman qui m’a un peu ennuyé malgré une très belle écriture. Les adeptes de policier pourront sûrement trouver un attrait à ce livre. Pour ma part « La princesse des glaces » confirme mon désamour pour ce genre.

• • 

Intrigue : +++++

Personnages : +++++

Ecriture : +++++