Mon avis sur « Queen Kong » d’Hélène Vidal

Pour voir la liste non exhaustive des Trigger Warning, surlignez ci-dessous :

slut-shamming – (cyber)harcèlement

Quatrième de couverture :

Pour le groupe elle en est une.
Une belle.
Une vraie.
Une grosse.
Une sacrée.
C’est ce qu’ils disent dans les commentaires qui font sonner son téléphone à répétition, entre insultes et émojis assassins.
Mais elle choisit de voir, toucher, entendre, goûter. Sans céder à la pression et au jugement de la meute.
Elle joue selon ses propres règles.
Seule ? Peut-être pas…


Un texte incisif et éclatant porté par une héroïne qui dynamite les codes et décide de suivre ce qui bat en elle, quel que soit le prix à payer.

Lire la suite de « Mon avis sur « Queen Kong » d’Hélène Vidal »

Mon avis sur « Dernières amours à l’automne de ma vie » de Nicole Ricaud

Quatrième de couverture :

L’amour à la soixantaine quand on ne l’attend plus, à quoi ça tient ? A cette beauté qui croise votre chemin ? A cette jeune fée rusée qui se joue de vous et vous manipule ? A ce feu follet qui se dérobe sans jamais se rendre ? Au pardon sans concession de ceux qui en silence ne cessèrent jamais de vous aimer ? Où est la vérité pour celui qui s’est égaré dans ces sentiers qu’il ne connaît plus ? Et comment revenir en arrière quand on s’y est perdu ? Dans le roman « Dernières amours à l’automne de ma vie » la question que se pose Arthur Lesueur quand son affaire commence à mal tourner est la suivante : mais qu’est-ce qu’il y a eu d’attirant dans cette histoire improbable pour qu’il se sépare de sa femme ?

Pour voir les Trigger Warning, surlignez ci-dessous :

TCA

Lire la suite de « Mon avis sur « Dernières amours à l’automne de ma vie » de Nicole Ricaud »

Mon avis sur « Le Choeur des femmes » de Martin Winckler et Aude Mermilliod 

Quatrième de couverture :

Je m’appelle Jean Atwood. Je suis interne des hôpitaux et major de ma promo. Je me destine à la chirurgie gynécologique. Je vise un poste de chef de clinique dans le meilleur service de France. Mais on m’oblige, au préalable, à passer six mois dans une minuscule unité de  » Médecine de La Femme « , dirigée par un barbu mal dégrossi qui n’est même pas gynécologue, mais généraliste! S’il s’imagine que je vais passer six mois à son service, il se trompe lourdement. Qu’est-ce qu’il croit? Qu’il va m’enseigner mon métier? J’ai reçu une formation hors pair, je sais tout ce que doit savoir un gynécologue chirurgien pour opérer, réparer et reconstruire le corps féminin. Alors, je ne peux pas – et je ne veux pas – perdre mon temps à écouter des bonnes femmes épancher leur coeur et raconter leur vie. Je ne vois vraiment pas ce qu’elles pourraient m’apprendre.

Lire la suite de « Mon avis sur « Le Choeur des femmes » de Martin Winckler et Aude Mermilliod « 

Mon avis sur « Suggested reading » de Dave Connis 

Quatrième de couverture :

Quel est le point commun entre L’Attrape-coeurs et Hunger Games ? Ce sont des romans. Des romans interdits dans le lycée de Clara. Quand la jeune fille découvre que, depuis des années, des oeuvres y sont censurées sans que personne n’en sache rien, elle décide d’entrer en résistante. Son plan ? Monter une bibliothèque clandestine dans son casier. Et montrer qu’en aucun cas, les livres ne peuvent être dangereux.

Lire la suite de « Mon avis sur « Suggested reading » de Dave Connis « 

Mon avis sur « Un jour de plus de ton absence » de Mélusine Huguet

Pour voir les Trigger Warning, surlignez ci-dessous :

viol

Quatrième de couverture :

Félicitations, madame Loiseau. Vous allez être maman !

Fonder une famille avec Antoine, c’est le rêve de Jade depuis le tout premier jour de leur amour. Elle devrait nager en plein conte de fées : Antoine est fou de joie, ils ont la trentaine, des situations professionnelles stables, un appartement avec une chambre supplémentaire et des familles aimantes, toutes prêtes à accueillir cette nouvelle vie. Une seule ombre plane sur ce tableau idyllique : celle du mensonge qui dévore progressivement Jade…

Un roman qui aborde avec finesse et force certaines des questions les plus sombres de notre société à travers le parcours d’une héroïne bouleversante, modèle de résilience et d’espoir.

Lire la suite de « Mon avis sur « Un jour de plus de ton absence » de Mélusine Huguet »

Mon avis sur « Ainsi gèlent les bulles de savon » de Marie Vareille

Autres romans chroniqués de la même autrice :

Le syndrome du spaghettiElia, Passeuse d’âmes

Quatrième de couverture :

« Certains choix nous définissent à tout jamais, celui-ci en fait partie. À partir d’aujourd’hui, je peux bien écrire la neuvième symphonie, sauver le monde d’une troisième guerre mondiale ou inventer le vaccin contre le sida, on ne retiendra de moi que cet acte innommable : j’ai abandonné mon bébé, toi, mon minuscule amour aux joues si douces.

Puisses-tu un jour me pardonner. »

Trois pays, de vibrants portraits de femmes aux destins entrecroisés. Quel est le lien qui les unit ? Quelle est leur véritable histoire ?

Lire la suite de « Mon avis sur « Ainsi gèlent les bulles de savon » de Marie Vareille »

Mon avis sur « Les Impatientes » de Djaïli Amadou Amal

Pour voir les Trigger Warning, surlignez ci-dessous :

viol – violence

Quatrième de couverture :

Trois femmes, trois histoires, trois destins liés.

Ce roman polyphonique retrace le destin de la jeune Ramla, arrachée à son amour pour être mariée à l’époux de Safira, tandis que Hindou, sa soeur, est contrainte d’épouser son cousin.

Patience ! C’est le seul et unique conseil qui leur est donné par leur entourage, puisqu’il est impensable d’aller contre la volonté d’Allah. Comme le dit le proverbe peul : « Au bout de la patience, il y a le ciel. » Mais le ciel peut devenir un enfer. Comment ces trois femmes impatientes parviendront-elles à se libérer ?

Mariage forcé, viol conjugal, consensus et polygamie : ce roman de Djaïli Amadou Amal brise les tabous en dénonçant la condition féminine au Sahel et nous livre un roman bouleversant sur la question universelle des violences faites aux femmes.

Lire la suite de « Mon avis sur « Les Impatientes » de Djaïli Amadou Amal »

Mon avis sur « Tu ne me briseras pas » de Camille Versi

Quatrième de couverture :

Sophie est une étudiante surmenée : entre ses deux licences, ses heures de tutorat bénévole, ses cours de flûte traversière, elle court après le temps… Jusqu’au jour où elle rencontre Octave, au café où elle travaille pour payer ses études. Plus vite qu’elle ne l’aurait imaginé, la jeune femme tombe sous son charme.

Mais son bonheur vacille lorsqu’un faisceau d’éléments troublants la poussent à voir au-delà de la façade parfaite qu’Octave lui présente. Où se rend-il en secret tous les dimanches matin ? Pourquoi n’a-t-il plus de relations avec sa famille ? Et surtout, à qui appartiennent ces bagues de fiançailles cachées dans son armoire ?

Ébranlée, Sophie décide d’enquêter… Et bien malgré elle, elle va exhumer un passé où l’amour et l’amitié sont entachés de sentiments bien plus sombres.

Une réécriture moderne et percutante de Barbe Bleue qui explore les ressorts psychologiques de la manipulation.

Lire la suite de « Mon avis sur « Tu ne me briseras pas » de Camille Versi »

Mon avis sur « La nuit où les étoiles se sont éteintes » de Nine Gorman & Marie Alhinho

Autres romans de Nine Gorman :

Le pacte d’EmmaAshes falling for the sky

Pour voir les Trigger Warning, surlignez ci-dessous :

viol – violences sur mineurs – consommation de drogues et d’alcool – suicide – LGBT-phobie

Quatrième de couverture :

« J’aimerais lui rétorquer que les étoiles s’éteignent et que quand c’est le cas, elles détruisent tout sur leur passage. J’aimerais lui dire que parfois, c’est comme ça que je me sens, comme une supernova sur le point de se transformer en trou noir. »

Depuis que sa mère est en prison, Finn pense ne jamais pouvoir remonter la pente. Il se laisse sombrer et tente de s’oublier entre les bras des filles. Mais la vie prend parfois des tournants inattendus… Certaines rencontres éclairent sa route, comme des lumières dans la nuit.

Plus sombre est le chaos, plus belle sera l’étoile.

Lire la suite de « Mon avis sur « La nuit où les étoiles se sont éteintes » de Nine Gorman & Marie Alhinho »

Mon avis sur « Le syndrome du spaghetti » de Marie Vareille

De la même autrice :

Elia, Passeuse d’âmes

Quatrième de couverture :

Léa a 16 ans, un talent immense et un rêve à réaliser. Entraînée par son père, qui est à la fois son modèle, son meilleur ami et son confident, elle avance avec confiance vers cet avenir tout tracé.
À 17 ans, Anthony, obligé de faire face à l’absence de son père et aux gardes à vue de son frère, ne rêve plus depuis longtemps.
Ils se sont croisés une fois par hasard ; ils n’auraient jamais dû se revoir.
Pourtant, lorsque la vie de Léa s’écroule, Anthony est le seul à pouvoir l’aider à se relever.
Leurs destinées s’en trouvent à jamais bouleversées.

Lire la suite de « Mon avis sur « Le syndrome du spaghetti » de Marie Vareille »