Mon avis sur « Une évidence » d’Agnès Martin-Lugand

De la même autrice :

Les gens heureux lisent et boivent du café – La vie est facile, ne t’inquiète pasLa Datcha

Quatrième de couverture :

Reine mène une vie heureuse qu’elle partage entre son fils de dix-sept ans et un métier passionnant.

Une vie parfaite si elle n’était construite sur un mensonge qui, révélé, pourrait bien faire voler son bonheur en éclats…

Faut-il se délivrer du passé pour écrire l’avenir ?

Lire la suite de « Mon avis sur « Une évidence » d’Agnès Martin-Lugand »

Mon avis sur « Normal People » de Sally Rooney

Quatrième de couverture :

Connell et Marianne ont grandi dans la même ville d’Irlande. Il est le garçon en vue du lycée, elle est la solitaire un peu maladroite. Pourtant, l’étincelle se produit : le fils de la femme de ménage et l’intello hautaine connaissent ensemble leur premier amour.
Un an plus tard, alors que Marianne s’épanouit au Trinity College de Dublin, Connell s’acclimate mal à la vie universitaire.
Un jour, tout est léger, irrésistible ; le lendemain, le drame pointe et les sentiments vacillent.

Sally Rooney réussit le tour de force de donner une dimension unique et universelle à cette histoire. Porté par des dialogues saisissants de justesse, Normal People est un roman magistral sur la jeunesse, l’amitié, le sexe, sur les errances affectives et intellectuelles d’une génération qui n’a plus le droit de rêver, mais qui s’entête à espérer.

Lire la suite de « Mon avis sur « Normal People » de Sally Rooney »

Mon avis sur « Le jour où le soleil ne s’est plus levé » de Nine Gorman & Marie Alhinho

Autres romans chroniqués de Nine Gorman & Marie Alhinho :

La nuit où les étoiles se sont éteintes

Autres romans chroniqués de Nine Gorman :

Le pacte d’Emma – Ashes falling for the sky

Quatrième de couverture :

Et s’il y avait une partie de l’histoire dont vous ignoriez tout ? Lorsque Finn, le nouveau du lycée, débarque avec sa noirceur et son charisme incendiaire, Nate sent ses dernières barrières s’effondrer. Sans pouvoir se l’expliquer, il sait que Finn va faire basculer son destin. Reste à savoir si, à son contact, Nate finira par se brûler les ailes ou trouver enfin sa voie…

Lire la suite de « Mon avis sur « Le jour où le soleil ne s’est plus levé » de Nine Gorman & Marie Alhinho »

Mon avis sur « Amours croisées » de Laura Nsafou et Camélia Blandeau

Quatrième de couverture :

Yari rencontre Hide qui lui convient en tous points. Mais ils n’ont pas la même conception de la relation amoureuse et sont éprouvés tant par leurs envies que par leurs limites. Leur relation met en lumière leurs différends et pose les questions de l’exclusivité et de la jalousie.
Une romance moderne qui explore de multiples façons d’aimer aujourd’hui.

Lire la suite de « Mon avis sur « Amours croisées » de Laura Nsafou et Camélia Blandeau »

Mon avis sur « La peau des filles » de Joanne Richoux

Autres romans chroniquéde la même autrice :

Les collisions – PLS – Désaccordée – Toffee Darling – T’as vrilléVirgile & Bloom

Quatrième de couverture :

Pour Rose et Louise, l’heure est aux renoncements : la première affronte un divorce, son corps en abîme, sa colère sourde, la deuxième se débat avec le réel et un “trouble anxieux généralisé”. Entre elles se trouve Jenna, sexualité revendiquée sous les regards, invariablement à l’équilibre. Jenna qu’un coup de fil va surprendre un matin : son père est à l’hôpital. C’est le cœur.

Précipitées sur la route à l’orée de l’été, direction l’Au­vergne et la famille de Jenna, les trois trentenaires vont alors faire le choix de la césure, cap sur la côte basque. En espérant que l’océan leur offre du répit face à la peur de la perte, et tous les plaisirs des vacances improvisées : rencontres éphémères, caresses des embruns, peaux dorées, étreintes sous des draps aux odeurs neuves. Le temps d’une échappée, apprendre à respirer sans entraves, enfin.

“La Peau des filles” est le roman solaire d’une transformation, celle qui suit le passage à l’âge adulte et ses étonnements. C’est la découverte de ce qu’est la liberté, intime, véritable, dense ; la réconciliation dans un grand éclat de rire et quelques larmes sous la pluie – une dernière fois – avec sa chair, celle des autres, et l’espace souvent opaque qu’il y a au milieu.

Lire la suite de « Mon avis sur « La peau des filles » de Joanne Richoux »

Mon avis sur « Un pont entre nous » de Bill Konigsberg

Pour voir la liste des Trigger Warning, surlignez ci-dessous :

suicide – dépression – grossophobie – harcèlement scolaire

Quatrième de couverture :

Pour Aaron et Tillie, quatre destins sont possibles, mais un seul mène au happy end.
Ils ont beau ne pas se connaître, Aaron et Tillie ont le même projet : sauter du pont George Washington. Leurs destins, s’ils sont liés, ne sont pourtant pas scellés. Ils peuvent encore emprunter différents chemins : Aaron saute, mais pas Tillie. Tillie saute, Aaron non. Ils sautent tous les deux… … ou ni l’un, ni l’autre.
Quatre scénarios à découvrir, ainsi que leurs conséquences tour à tour poignantes, terribles, saisissantes et lumineuses. Une chose est certaine : personne ne sortira indemne de cette lecture.

Lire la suite de « Mon avis sur « Un pont entre nous » de Bill Konigsberg »

Mon avis sur « Nos coeurs aidants » de Célia Samba

Autre roman chroniqué de la même autrice :

La rue qui nous sépare

Quatrième de couverture :

Laurie vit avec son frère, Eliott, et leur mère, gravement malade, qui requiert une attention de tous les instants. Refusant de l’abandonner, Laurie décide de s’occuper entièrement d’elle, quitte à mettre sa propre vie entre parenthèses. A dix-neuf ans, Laurie devient aidante, tout comme son frère. Mais pour Eliott, qui vient d’entrer au lycée, le quotidien est de plus en plus difficile à la maison. Quant à Laurie, sans se l’admettre, elle s’épuise.
Tout bascule avec l’arrivée du nouvel auxiliaire de vie : Xander, vingt-trois ans, aussi beau que compétent. Ce dernier perçoit immédiatement les souffrances de cette famille, et décide de tout faire pour les en délivrer. En commençant par rappeler à Laurie qu’elle doit vivre, elle aussi.

Lire la suite de « Mon avis sur « Nos coeurs aidants » de Célia Samba »

Mon avis sur « Six mois par an » de Clara Duarte

Quatrième de couverture :

L’histoire d’Hana et Ro, c’est… une bagarre, un supermarché, beaucoup de spaghettis, une salle de bain écoeurante, un piano électronique et beaucoup trop de plantes.
C’est bordélique, maladroit, mais c’est aussi beau. Surtout, c’est évident. Ça l’est tellement qu’Hana pense que ça pourrait durer éternellement.
Et puis, le 31 août, Hana s’endort paisiblement au côté de Ro. Mais à son réveil, Ro n’est plus là.
Disparue, sans laisser de traces. Envolée, sans que personne se souvienne d’elle, sauf Hana. Comme si, au final, Ro n’avait tout simplement jamais existé.
Qui est vraiment Ro, cette jeune fille mystérieuse et pourtant pleine de vie ?

Lire la suite de « Mon avis sur « Six mois par an » de Clara Duarte »

Mon avis sur « Lettre à toi qui m’aimes » de Julia Thévenot

Quatrième de couverture :

Yliès et Pénélope, ça sonne comme un couple fait pour s’aimer, un duo romantique de lettrés ; c’est musical, gourmand, sucré-salé. Alors pourquoi Pénélope ne l’aime-t-elle pas, Yliès, hein ? Elle joue avec lui, en plus, sérieux : du jour où elle l’a rencontré, elle a su qu’elle lui plaisait. Elle l’a senti, compris. Alors pourquoi, pourquoi, l’a-t-elle laissé s’approcher, s’amouracher, se glisser dans son quotidien et ses amitiés, aller aussi loin, aussi près ? Pourquoi ne veut-elle pas l’aimer ?

Lire la suite de « Mon avis sur « Lettre à toi qui m’aimes » de Julia Thévenot »

Mon avis sur « Kérozène » d’Adeline Dieudonné

Autre roman chroniqué de la même autrice :

La vraie vie

Quatrième de couverture :

Une station-service, une nuit d’été, dans les Ardennes.
Sous la lumière crue des néons, ils sont douze à se trouver là, en compagnie d’un cheval et d ‘un macchabée. Juliette, la caissière, et son collègue Sébastien, marié à Mauricio. Alika, la nounou philippine, Chelly, prof de pole dance, Joseph, représentant en acariens… Il est 23h12. Dans une minute tout va basculer.
Chacun d’eux va devenir le héros d’une histoire, entre elles vont se tisser parfois des liens. Un livre protéiforme pour rire et pleurer ou pleurer de rire sur nos vies contemporaines.
Comme dans son premier roman, La Vraie Vie, l’autrice campe des destins délirants, avec humour et férocité.
Les situations surréalistes s’inventent avec naturel, comme ce couple ayant pour animal de compagnie une énorme truie rose, ce fils qui dialogue l’air de rien avec la tombe de sa mère, ou encore ce déjeuner qui vire à l ‘examen gynécologique parce qu’il faut s’assurer de la fécondité de la future belle-fille. Elle ne nous épargne rien, Adeline Dieudonné : meurtres, scènes de sexe, larmes et rires. Cependant, derrière le rire et l’inventivité débordante, sa lucidité noire fait toujours mouche. Kérozène interroge le sens de l’existence et fustige ce que notre époque a d ‘absurde.

Lire la suite de « Mon avis sur « Kérozène » d’Adeline Dieudonné »