Mon avis sur « Temps mort » d’Ariel Holzl

Quatrième de couverture :

Sur les traces de son grand-oncle Théobald, Léo, 17 ans, bascule dans une fontaine des catacombes et se retrouve projeté dans une réplique négative de Paris. Auréolé d’un soleil noir, le Périmonde est un territoire où le temps n’a pas de prise et où règnent des clans aux pouvoirs puissants. Léo n’a d’autre choix que de les affronter lors de la Chasse Sauvage, une course contre la montre où tous les coups sont permis. Heureusement, l’énigmatique Alma est là pour l’aider… mais peut-il vraiment lui faire confiance ?
Un roman fantastique de haute volée qui vous plonge dans les ténèbres de la ville lumière.

Lire la suite de « Mon avis sur « Temps mort » d’Ariel Holzl »

Mon avis sur « L’odeur de la pluie » de Gwendoline Vervel

Pour voir les Trigger Warning, surlignez ci-dessous :

viol – transphobie – harcèlement

Quatrième de couverture :

« – On a toujours tout fait en même temps. Amies, à la vie à la mort. C’étaient pas des paroles en l’air, si ? Cette année va être inoubliable, je te le garantis.

Tout excitées, on éclate de rire lorsque la pluie redouble d’intensité. L’eau ruisselle sur l’asphalte à quelques mètres de nous. L’odeur qui remonte du macadam est très agréable.
C’est l’odeur de la liberté. »

Cette année, c’est la rentrée en seconde tant attendue pour Fred, Mélodie et sa meilleure amie Faustine.
Pour les deux jeunes filles, c’est le moment ou jamais de se faire une place dans la bande des frères Colin qu’elles cherchent à intégrer depuis des années.
Pour Fred, c’est un nouveau départ, loin du collège où il s’est fait harceler pendant plus d’un an. Mais ce qui devait être une année de rêve se transforme en cauchemar…

Au milieu de la tempête, c’est la force de leur amitié qui leur permettra de rester debout.

Lire la suite de « Mon avis sur « L’odeur de la pluie » de Gwendoline Vervel »

Mon avis sur « Journal d’une fille chien » de Laura Jaffé

Publication Instagram beauté éthique nudeJournal d’une fille chien

Laura Jaffé

Edition : La ville brûle

Genre : Dystopie / Jeunesse

Pages : 102.

 

j'ai aimé

 

Lire la suite de « Mon avis sur « Journal d’une fille chien » de Laura Jaffé »

Mon avis sur « #trahie » de Louison Nielman

Publication Instagram beauté éthique nude#trahie

Louison Nielman

Edition : Scrineo

Genre : Contemporain / Jeunesse

Pages : 170.

 

j'ai aimé

 

Quatrième de couverture :

À 14 ans, Apolline ne pensait pas qu’Aurian pourrait la remarquer, et pourtant… Depuis cette fameuse soirée, son cœur danse dans les bras de ce lycéen dont elle est folle amoureuse.
Mais quand Aurian va trop loin, l’amour vole en éclat.
Trahie, l’adolescente vit une véritable descente aux enfers, ne sachant plus vers qui se tourner…
Comment se reconstruire quand les autres sont capables du pire ?

Lire la suite de « Mon avis sur « #trahie » de Louison Nielman »

Mon avis sur « Et le désert disparaîtra » de Marie Pavlenko

et le désert disparaitraEt le désert disparaîtra

Marie Pavlenko

Edition : Flammarion

Genre : Science-fiction / Jeunesse

Pages : 226.

 

pas mal

 

Quatrième de couverture :

Samaa vit dans un monde qui pourrait être le nôtre bientôt. La vie a presque entièrement disparu de la surface de la Terre. Le sable a tout dévoré. Son peuple, nomade, traque les derniers arbres et vend leur bois pour survivre. Samaa aimerait être chasseuse, elle aussi, mais c’est une charge d’homme. Un jour, elle désobéit et suit les chasseurs. Mais le désert a mille visages. Samaa se perd, et fera une rencontre qui changera le destin de sa tribu à jamais.

Lire la suite de « Mon avis sur « Et le désert disparaîtra » de Marie Pavlenko »

Mon avis sur « Le Voyageur du doute » de Maud Tabachnik

le voyageur du douteLe voyageur du doute

Maud Tabachnik

Edition : Flammarion jeunesse

Genre : Jeunesse

Pages : 283.

Lire la suite de « Mon avis sur « Le Voyageur du doute » de Maud Tabachnik »

Mon avis sur « Je t’attends » de Françoise Grard et Thierry Lefèvre

je t'attendsJe t’attends

Françoise Grard et Thierry Lefèvre

Edition : Flammarion Jeunesse

Genre : Contemporain / Epistolaire

Pages : 132.

 

mitigé

 

Quatrième de couverture :

Léa a vécu un drame qui a bouleversé sa vie. Léo écrit à Léa. Pour lui dire qu’il est là, qu’il pense à elle, qu’à deux on est plus forts. Et, peu à peu, Léa reprend confiance dans la vie…

 

Avis :

Très attirée par le format épistolaire et par cette jolie couverture, j’ai vite retiré ce livre de ma fameuse Pile à Lire. Merci à Flammarion pour l’envoi.

En inscrivant ma lecture sur Livraddict, je me suis aperçue que c’est en fait une ré-édition. La première avait été publiée en 2005, puis une autre en 2010. Parfois les ré-éditions permettent de remettre au gout du jour un ouvrage un peu oublié. Il est vrai que je ne me serais certainement jamais penchée sur les anciennes versions.

Malheureusement il y a eu des points qui m’ont gêné. Déjà le language utilisé par les ados. Même si ce roman date de 2005, je l’ai trouvé beaucoup trop soutenu. Surtout que parfois, on avait une phrase vulgaire sortie de nulle part.

Alors certes, c’est une écriture un peu poétique, mais ce n’est pas du tout actuel et ça m’a paru absurde pour des ados qui s’envoient des lettres. J’ai donc eu du mal à m’attacher aux personnages sachant que ça me paraissait peu réaliste.

Pourtant l’intrigue prend une tournure inattendue et elle aborde des sujets intéressants. Les 150 pages sont lues très rapidement.

En bref, dommage, le ton m’aura bloqué pour vraiment accrocher. Assez déçue parce que d’habitude j’aime quand l’écriture est travaillée. Mais pour un échange entre adolescents ça m’a paru trop absurde.

• • •

Par contre l’idée d’échanger par courrier je trouve ça extrêmement romantique

Mon avis sur « Les chroniques de Zi, tome 3 » de Jean-François Chabas

les chroniques de zi t3Les chroniques de Zi, tome 3 : Turi

Jean-François Chabas

Edition : Nathan

Genre : Fantasy / Jeunesse

Pages : 264.

 

mitigé

 

◊ ◊ ◊

Cliques ici pour mon avis sur le premier tome !

Cliques ici pour mon avis sur le deuxième tome !

◊ ◊ ◊

 

Quatrième de couverture :

Après sa trouble victoire sur l’Ogre, Turi décide avec Phelan de raccompagner la princesse Nara jusqu’à son royaume. mais l’ombre de la sorcière plane toujours au-dessus d’eux et les manifestations des forces obscures sont de plus en plus fréquentes. leur voyage se transforme en une véritable odysée, et la rivalité des deux garçons mettra leur amitié à rude épreuve. Malgré les dangers et les querelles, les compagnons de route parviendront-ils à atteindre le royaume des Trois Vagues ?

 

Avis :

Merci à Nathan pour l’envoi de ce roman. Attirée par les magnifiques couvertures et le petit goût de Madeleine de Proust, j’avais envie de lire la suite des chroniques de Zi. Bien que le premier tome était très introductif et que j’étais relativement mitigée par le deuxième volet.

Les personnages ont de fortes personnalités, pour ne pas dire légèrement caricaturaux. J’avoue qu’à certains moments ce comique grotesque ne m’a pas conquise. Ce n’était pas forcément le bon moment pour le lire. Je sors de lectures très noires… repasser en jeunesse fantasy me donne l’impression d’un grand écart. Si d’habitude j’adore ça, ici ça ne l’a pas fait.

L’intrigue épique va encore plus loin. Peut-être un peu trop loin ? Les personnages se retrouvent dans des situations catastrophiques et arrivent toujours à s’en sortir in extremis.

On manque un peu de réflexion, tout est trop dynamique. On enchaîne les actions et ça m’a donné une impression brouillon. J’avais du mal à me sentir plongée dans l’intrigue. Pourtant l’écriture de l’auteur est d’une qualité indéniable. Je trouve que c’est dommage.

En bref, j’ai encore moins accroché à ce troisième tome. La suite est prévue pour juillet. Je vais essayer encore une fois pour voir où l’on va. Même si j’avoue être une peu déçue parce que j’étais très emballée par l’histoire de base.

• • •

Le livre il était un peu dans cet esprit là :

Mon avis sur « Celle du milieu » de Kirsty Applebaum

celle du milieuCelle du milieu

Kirsty Applebaum

Traduction : Rose-Marie Vassallo

Edition : Flammarion Jeunesse

Genre : Dystopique / Jeunesse

Pages : 331.

 

mitigé

 

Quatrième de couverture :

En 2081, le monde est en guerre. Une communauté a décidé de se couper de ce monde violent. Dans ce village, dirigé par la maire Anderson, les habitants sont revenus à la vie agricole. Chaque aîné de famille est envoyé à la guerre, loin du village, pour assurer la sécurité de leur famille. Lorsque Maggie rencontre Una, une fille qui vient du monde extérieur et qui est blessée, elle décide de lui venir en aide. Maggie apprend alors que la guerre est finie depuis longtemps…

 

Avis :

Un grand merci à Flammarion Jeunesse pour l’envoi de ce roman. Le résumé m’intriguait beaucoup. En voyant les premiers avis, j’avais peur que l’histoire soit trop jeunesse… et mes craintes se sont confirmées.

Pourtant ce livre a des atouts. L’intrigue est prenante. La tension monte crescendo. En toile de fond on a cette impression de malaise qui grandit, qui nous dérange. On comprend avec le personnage principal qu’il y a des choses qui clochent dans l’organisation de sa société.

J’ai été déçue par le rythme. La première moitié est assez passive. Mais surtout finalement, on en apprend pas beaucoup sur l’univers. Qui sont les vagabonds ? Quelle est cette guerre ? Que s’est-il passé ? Que sont ces camps où les aînés sont envoyés ?

Au-delà de ça on aborde beaucoup de sujets importants. La place de la famille, la voix d’un enfant face à un adulte, la vérité, etc. C’est un roman relativement court et je trouve dommage que l’action soit précipitée à la fin.

En bref, une dystopie jeunesse sympa à partir de 10 ans. Je n’ai pas accroché puisqu’en tant que lectrice aguerrie j’ai besoin de plus pour me passionner.

• • 

Moi qui cherche la réponse à mes questions dans les livres qui ne m’en apporte pas :

Le poing levé – Simon Stranger

le poing levéLe poing levé

Simon Stranger

Traduction : Hélène Hervieu

Edition : Page-Turners – Bayard

Genre : Jeunesse

Pages : 256.

 

pas mal

 

Quatrième de couverture :

Emilie, 17 ans, ne pense qu’à la mode et aux garçons. Quand elle rencontre Antonio, membre d’un petit groupe politisé qui mène des actions contre les grands groupes industriels, elle ouvre les yeux sur le monde qui l’entoure. Émilie est Norvégienne. Et comme beaucoup de filles de son âge, elle aime faire les boutiques et rêver aux garçons sans penser au lendemain. À l’autre bout du monde, Reena, 12 ans, se tue à la tâche dans une usine du Bangladesh, où elle coud des vêtements destinés aux grands magasins. Un univers sépare les deux jeunes filles. Tout change le jour où Émilie rencontre Antonio. Car le garçon appartient aux « Sauveurs du Monde », un petit groupe politisé qui mène des actions clandestines contre les grandes compagnies industrielles, comme celle qui embauche Reena…

 

Avis :

Un grand merci à Page Turners pour l’envoi de ce livre. J’aime lire des romans engagés, porteurs de messages forts. Quand j’ai lu le résumé de celui-ci, j’ai immédiatement eu envie de le lire.

On y aborde pleins de sujets mais surtout l’envers du décor de notre société de consommation. Par qui sont produits nos vêtements, nos ordinateurs, notre nourriture ? On reste dans de la littérature jeunesse donc il n’y a rien de choquant, mais on éveille les consciences. Les conditions de travail dans les autres pays, surtout dans le monde ouvrier sont déplorables. Parfois même, ce sont des enfants qui sont forcés de travailler dans les usines. Un constat qui fait froid dans le dos.

C’est le genre de roman indispensable, qui devrait faire plus de bruit, notamment dans les écoles. Si vous ne connaissez pas du tout le sujet aussi, c’est un bon premier roman pour vous y intéresser. Il est à remettre entre toutes les mains ! Ce devrait être le genre de lecture à étudier en cours, entre deux gros classiques.

La narration est super fluide. On dévore les pages à une vitesse dingue. Je pensais qu’on aurait une vision partagée entre Emilie et Reena mais on va beaucoup plus suivre Emilie et sa vie en Norvège que le point de vue de Reena.

J’ai bien aimé les personnages et la façon dont ils s’articulent. En revanche, j’ai trouvé que l’on manquait un poil de profondeur. On reste en surface et rien n’est très creusé. On nous parle des problématiques actuelles, et je trouve ça génial, mais aucune solution n’est apportée. C’est bien d’ouvrir les yeux sur ce qu’il se passe mais si on ne propose rien pour changer cela, c’est un peu rude.

La fin aussi est beaucoup trop ouverte à mon goût. Cela sous-entend une suite ? Aucune idée. Mais si l’on reste comme ça, je ne comprends pas le but de la manœuvre ? L’intrigue perd un peu de son sens et c’est bien dommage.

En bref, un roman important sur les réalités de notre façon de consommer et ses conséquences humaines. Dommage que ce ne soit pas un peu plus profond et aboutit.

• • •

Que se cache-t-il derrière les vêtements que l’on achète ?