Mon avis sur « La baleine blanche des mers mortes » d’Aurélie Wellenstein & Olivier Boiscommun

Autres romans chroniquéde la même autrice :

Le Roi des Fauves – Le Dieu Oiseau – Blé Noir – Mers Mortes – YardamMers Mortes

Quatrième de couverture :

Mers et océans ont disparu. L’eau s’est évaporée, tous les animaux marins sont morts. Des marées fantômes déferlent sur le monde et charrient des spectres avides de vengeance. Requins, dauphins, baleines…, arrachent l’âme des hommes et la dévorent. Seuls les exorcistes, protecteurs de l’humanité, peuvent les détruire. Oural est l’un d’eux. Il est vénéré par les habitants de son bastion qu’il protège depuis la catastrophe. Jusqu’au jour où Bengale, un capitaine pirate tourmenté, le capture à bord de son vaisseau fantôme. Commence alors un voyage forcé à travers les mers mortes… De marée en marée, Oural apprend malgré lui à connaître son geôlier et l’objectif de ce dangereux périple. Et si Bengale était finalement la clé de leur salut à tous ?

Avis :

Je suis plutôt fan de l’autrice et j’aime de plus en plus la BD, cette sortie est donc la fusion de deux choses que j’aime, ça ne pouvait que fonctionner. Je remercie encore une fois chaudement les éditions Drakoo qui m’ont proposé de venir à une rencontre avec l’autrice et l’illustrateur pour parler de cette sortie !

La baleine blanche des mers mortes est un préquel à son roman Mers mortes. Pas de panique, vous pouvez tout à faire lire la BD avant le roman ou inversement, cela ne pose aucun souci de compréhension.

J’étais ravie de retrouver Bengale qui est au coeur de l’intrigue, et d’en découvrir plus sur cet univers si particulier. C’est drôle de voir comment l’illustrateur a sublimé et imaginé les décors, quand j’avais totalement autre chose en tête. Suis-je encore plus amoureuse de Bengale ? Vous ne le saurez jamais. En plus ça se déroule à Paris, je suis d’autant plus fan.

Les illustrations sont très colorées, avec un style plutôt classique en BD mais très joli et fin. Je trouve que les dessins apportent une réelle dimension à l’histoire et la rend d’autant plus touchante.

Difficile d’en parler sans spoiler mais plongez dans cet univers qui est une sorte de The Walking Dead poétique écologique. Si vous aimez l’autrice vous aimerez forcément la BD, et si vous ne la connaissez pas encore c’est une excellente manière de tomber sous son charme.

En bref, je suis très heureuse de voir que l’autrice explore de nouveaux horizons avec ce roman graphique. J’ai adoré, sans surprise. D’autres projets sont en cours et je vais suivre ça de près…

• • •

Un commentaire sur « Mon avis sur « La baleine blanche des mers mortes » d’Aurélie Wellenstein & Olivier Boiscommun »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s