Mon avis sur « La baleine blanche des mers mortes » d’Aurélie Wellenstein & Olivier Boiscommun

Autres romans chroniquéde la même autrice :

Le Roi des Fauves – Le Dieu Oiseau – Blé Noir – Mers Mortes – YardamMers Mortes

Quatrième de couverture :

Mers et océans ont disparu. L’eau s’est évaporée, tous les animaux marins sont morts. Des marées fantômes déferlent sur le monde et charrient des spectres avides de vengeance. Requins, dauphins, baleines…, arrachent l’âme des hommes et la dévorent. Seuls les exorcistes, protecteurs de l’humanité, peuvent les détruire. Oural est l’un d’eux. Il est vénéré par les habitants de son bastion qu’il protège depuis la catastrophe. Jusqu’au jour où Bengale, un capitaine pirate tourmenté, le capture à bord de son vaisseau fantôme. Commence alors un voyage forcé à travers les mers mortes… De marée en marée, Oural apprend malgré lui à connaître son geôlier et l’objectif de ce dangereux périple. Et si Bengale était finalement la clé de leur salut à tous ?

Lire la suite de « Mon avis sur « La baleine blanche des mers mortes » d’Aurélie Wellenstein & Olivier Boiscommun »

Mon avis sur « Le désert des couleurs » d’Aurélie Wellenstein

Autres romans chroniquéde la même autrice :

Le Roi des Fauves – Le Dieu Oiseau – Blé Noir – Mers MortesYardam

Pour voir les Trigger Warning, surlignez ci-dessous :

viol – violences sur mineurs – inceste

Quatrième de couverture :

Dans le désert des couleurs, chaque grain de sable est un souvenir perdu et oublié. Marcher dans les dunes, c’est voir sa mémoire s’effacer. Alors pour se protéger, l’humanité s’est réfugiée dans le cratère d’un volcan. Mais depuis quelques temps, le sable monte chaque jour le long de ses pentes. Malgré les risques, une fille qui perd ses souvenirs, un garçon porteur de mémoire et un oiseau télépathe partent explorer le désert multicolore afin de trouver une solution pour lutter contre la crue. En chemin, ils se perdront. À la fin, ils se retrouveront.

Lire la suite de « Mon avis sur « Le désert des couleurs » d’Aurélie Wellenstein »

Mon avis sur « Yardam » d’Aurélie Wellenstein

Publication Instagram beauté éthique nude (2)Yardam

Aurélie Wellenstein

Edition : Scrineo

Parution : pas de date pour le moment

Genre : Fantasy

Pages : 480.

 

pas mal

Lus de la même autrice :

Le roi des fauvesle dieu oiseaublé noirmers mortes

 

Quatrième de couverture :

À Yardam, la folie est sexuellement transmissible.

Dans l’espoir d’endiguer l’épidémie, la population est mise en quarantaine, isolée du reste du monde.
Le virus n’a pas épargné Kazan. À l’image de la ville qui s’enfonce dans le chaos, il sombre lentement.

Pour s’en sortir, il serait prêt à toutes les extrémités, y compris à manipuler Feliks et Nadja, un couple de médecins étrangers venu s’enfermer volontairement dans la cité pour trouver un remède. Dans son désespoir, il va accomplir le pire…

Lire la suite de « Mon avis sur « Yardam » d’Aurélie Wellenstein »

Mon avis sur « Blé noir » d’Aurélie Wallenstein

Blé noirBlé noir

Aurélie Wallenstein

Edition : Electrogène / Gulfstream

Genre : Contemporain

Pages : 218.

 

j'ai aimé

 

Quatrième de couverture :

Lilian est membre d’un réseau de hackers engagé dans la défense animale. Ce jeune homme de 17 ans franco-marocain, passe ses vacances à Nîmes avec ses parents. Il souhaite devenir journaliste dans le but de dénoncer la maltraitance animale. Il fait partie d’un groupe de hackers activistes. Les pieds sur terre et réservé, il est très attaché à sa famille et se montre honnête et entier dans ses relations avec les autres. Sa mission du jour : dénoncer les mauvais traitements infligés aux animaux dans les grands parcs aquatiques. L’adolescent n’est pas peu fier de lui lorsqu’il voit le résultat de son piratage relayé par les réseaux sociaux ! Puis une rencontre…

 

Avis :

A chaque nouvelle parution d’Aurélie Wallenstein, je saute dessus. Si j’ai déjà lu des ouvrages en fantasy / fantastique (Le roi des fauvesLe dieu oiseau & Mers mortes), c’est la première fois que je découvre sa plume avec du contemporain. En plus l’objet livre est sublime. Merci à Gulfstream pour l’envoi.

Je n’avais pas lu la quatrième de couverture mais je savais que c’était un roman engagé autour d’une romance toxique. Je n’ai pas trouvé que l’histoire d’amour était particulièrement toxique, en revanche elle est intense et déraisonné.

Si dans ses précédents ouvrages, l’autrice faisait passer des messages sous-entendus, ici c’est clairement énoncé. Un livre qui nous expose les souffrances animales et le militantisme. C’est cru, c’est violent mais nécessaire.

Les personnages sont vivants et authentiques. On tourne les pages de ce court roman, happés par leur fugue et leur quête d’un avenir meilleur. Malgré ce côté page turner, j’ai eu un peu de mal à voir où on allait. J’aurais aimé avoir quelque chose d’un peu plus profond.

J’ai énormément apprécié la fin, surtout que je ne voyais pas comment aller se conclure cette intrigue. Attention tout de même il y a pas mal de violences et il faut avoir un certain recul sur ce genre d’histoires.

En bref, un roman coup de poing sur des sujets délicats. Quelques petits défaults mais qui sont effacés par un récit addictif.

• • 

Il y avait un gros chien comme personnage et moi, ça me fait fondre

 

Mon avis sur Mers Mortes d’Aurélie Wallenstein

mers mortesMers Mortes

Aurélie Wallenstein

Edition : Scrineo

Genre : Fantastique

Pages : 368.

 

j'ai aimé

 

Quatrième de couverture :

Les humains ont massacré les mers et les océans. L’eau s’est évaporée ; les animaux sont morts. Quelques années plus tard, les mers et les océans reviennent. Ils déferlent sur le monde sous la forme de marées fantômes et déplacent des vagues de poissons spectraux, tous avides de vengeance. Les fantômes arrachent leurs âmes aux hommes et les dévorent. Bientôt, les humains eux aussi seront éteints… Leur dernier rempart face à la mort : les exorcistes. Caste indispensable à l’humanité, les exorcistes sont bien entendu très convoités. L’un d’eux, Oural, va se faire kidnapper par une bande de pirates qui navigue sur les mers mortes à bord d’un bateau fantôme. Voilà notre héros embarqué de force dans une quête sanglante et obligé, tôt ou tard, de se salir les mains…

 

Avis :

Ayant eu de beaux coups de coeur pour Le Roi des Fauves & Le Dieu Oiseau, j’étais impatiente de découvrir cette nouvelle parution d’Aurélie Wallenstein. Au salon du Livre, la maison d’édition proposait d’acheter en avant-première le livre. J’ai même eu la chance d’avoir une dédicace (surprise) !

J’ai été un peu moins emballée que mes précédentes lectures. Pourtant l’imagination de l’autrice est incroyable ! Je n’ai jamais rien lu de similaire. Une histoire fantastique qui mêle de fortes idées écologiques. Que se passera-t-il si on assèche toute l’eau de la Terre ?

J’ai beaucoup aimé les personnages même si l’exorciste que l’on va suivre ne m’a pas totalement convaincue. J’ai un peu de mal avec les héros qui ne sont pas badass et qui ont assez peu de caractère. J’ai même eu du mal avec son évolution. En revanche, j’ai beaucoup plus aimé Bengale.

Ce qui est agréable avec Aurélie Wallenstein c’est que l’on ne sait jamais où l’on va. Malheureusement j’aurais voulu que ça aille plus loin. L’intrigue reste sur la même ligne du début à la fin. Je pensais qu’il y aurait plus de rebondissements, bien que l’action reste très présente.

En bref, un univers sombre et unique sur fond de post-apocalyptique écologique. J’ai moins accroché avec les personnages et l’intrigue, dommage ! Dans l’ensemble j’ai quand même beaucoup aimé.

• • •

Quand l’océan prend sa revanche…

Le Dieu Oiseau – Aurélie Wellenstein

41169103_2181408765438109_8459546798006992896_nLe Dieu Oiseau

Aurélie Wellenstein

Edition : Scrineo

Genre : Fantasy

Pages : 330.

 

coup de coeur

 

Quatrième de couverture :

Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l’île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d’orgie où les vainqueurs peuvent réduire en esclavage, tuer, violer, et même dévorer leurs adversaires. Il y a dix ans, Faolan, fils du chef de clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Sa seule perspective d’avenir est de participer à la compétition de «l’homme-oiseau», afin de renverser l’équilibre des pouvoirs en place et de se venger. Qui du maître ou de l’esclave va remporter la bataille ? Quel enjeu pour les habitants de l’île ? Quel est le prix à payer pour la victoire ?

 

Avis :

Un livre qui me tentait beaucoup puisque j’avais vraiment adoré Le Roi des Fauves de la même auteure ! En plus, avec une telle quatrième, j’étais hyper curieuse.

Dès le départ, on plonge dans un univers très sombre. Il faut avoir le cœur accroché parce que tout au long du récit, ça ne va pas en s’arrangeant. J’ai adoré ce que l’auteure propose ici. Elle n’épargne pas le lecteur…

Comme d’habitude, sa plume est superbe. On est plongés dans un conte sanglant sans pouvoir décrocher. On fait défiler les pages et on devient accro à l’histoire. Même si certains passages retournent l’estomac et serrent le cœur, on ne peut pas s’empêcher d’apprécier le récit.

C’est bien mené, bien ficelé. On ne sait pas où on va, quels choix vont faire les protagonistes et ce que leur réserve le destin. On se laisse embarquer, pour notre plus grand bonheur, et ça c’est chouette.

Certes, ce roman n’est pas fait pour tout le monde. Âmes sensibles, surtout au gore, s’abstenir. Mais si vous êtes intrigués, je ne peux que recommander ce superbe roman. En plus la couverture est splendide, non ? Raison de plus pour craquer.

En bref, un livre qui marque. Une histoire à vous glacer le sang, un one-shot terriblement efficace et bien mené. Moi je suis amoureuse de l’écriture d’Aurélie Wellenstein. Je trouve qu’elle mérite beaucoup plus de place sur la scène, lisez ce bouquin.

• • •

J’aime les licornes mais j’aime les trucs un peu dark aussi

Le Roi des Fauves – Aurélie Wellenstein

livre-le-roi-des-fauvesLe Roi des Fauves

De Aurélie Wellenstein

Genre : Fantasy

Note : 17/20

Pages : 283.

Quatrième de couverture :

Poussés par une famine sans précédent, trois amis, Kaya, Ivar et Oswald, prennent le risque de braconner sur les terres de leur seigneur, mais son fils les surprend. Au terme d’une lutte acharnée, ils laissent le noble pour mort. Capturés et jugés pour tentative de meurtre, les trois amis sont condamnés à ingérer un parasite qui va les transformer en « berserkirs ». Au bout de sept jours de lente métamorphose, ils seront devenus des hommes-bêtes, et leur raison s’abîmera dans une rage inextinguible. Le temps de cette transformation, ils sont enfermés dans Hadarfell, un ancien royaume abandonné, dont le passé et l’histoire ont été engloutis par le temps…

Avis :

Déjà parlons de cette couverture : je la trouve superbe. Bien sûr ce n’est pas sur ça qu’est basé mon avis mais je tenais à le dire quand même 😉

J’étais très tentée de découvrir cette histoire qui sort de ce qu’on a l’habitude de lire. On suit l’histoire d’Ivar, jeune forgeron, et ses deux meilleurs amis : Oswald et Kaya. Leur village est touché par la famine. Ils vont  braconner sur la terre d’un noble pour tenter de survivre. Ils vont alors être accusés de meurtre et un sort pire que la mort leur est réservé : ils vont se transformer en homme-bêtes, appelés Bersekir, à cause d’un parasite qu’on leur a fait ingérer. Ils ont sept jours avant de sombrer dans la folie.

J’ai adoré plonger dans la mythologie nordique. L’écriture d’Aurélie Wellenstein m’a totalement immergée dans son monde.

On se demande où elle veut nous emmener et on tourne les pages très rapidement pour découvrir ce que réserve le sort à nos trois amis. L’histoire est plutôt noire et sanglante mais j’ai beaucoup aimé. Je ne pense pas que ce soit au goût de tous et je ne le recommanderais pas aux âmes sensibles.

Les personnages ont vraiment des caractères très différents, qui se voit de plus en plus au court du roman. Ils ont tous un côté attachant et un côté détestable.

Le seul petit bémol de cette lecture est que la quatrième de couverture révèle pas mal de l’histoire. Pendant la première partie du livre on sait à peu près ce qu’il va se passer ce qui est un peu dommage, j’aime être surprise. Mais le reste du roman est vraiment top, ce qui rattrape ce début.

En bref, une super lecture avec une histoire originale et sombre. Une belle plume qui nous transporte dans la mythologie nordique.

• • •

Intrigue : +++++

Personnages : +++++

Ecriture : +++++