Mon avis sur « Ainsi gèlent les bulles de savon » de Marie Vareille

Autres romans chroniqués de la même autrice :

Le syndrome du spaghettiElia, Passeuse d’âmes

Quatrième de couverture :

« Certains choix nous définissent à tout jamais, celui-ci en fait partie. À partir d’aujourd’hui, je peux bien écrire la neuvième symphonie, sauver le monde d’une troisième guerre mondiale ou inventer le vaccin contre le sida, on ne retiendra de moi que cet acte innommable : j’ai abandonné mon bébé, toi, mon minuscule amour aux joues si douces.

Puisses-tu un jour me pardonner. »

Trois pays, de vibrants portraits de femmes aux destins entrecroisés. Quel est le lien qui les unit ? Quelle est leur véritable histoire ?

Lire la suite de « Mon avis sur « Ainsi gèlent les bulles de savon » de Marie Vareille »

Mon avis sur « Le syndrome du spaghetti » de Marie Vareille

De la même autrice :

Elia, Passeuse d’âmes

Quatrième de couverture :

Léa a 16 ans, un talent immense et un rêve à réaliser. Entraînée par son père, qui est à la fois son modèle, son meilleur ami et son confident, elle avance avec confiance vers cet avenir tout tracé.
À 17 ans, Anthony, obligé de faire face à l’absence de son père et aux gardes à vue de son frère, ne rêve plus depuis longtemps.
Ils se sont croisés une fois par hasard ; ils n’auraient jamais dû se revoir.
Pourtant, lorsque la vie de Léa s’écroule, Anthony est le seul à pouvoir l’aider à se relever.
Leurs destinées s’en trouvent à jamais bouleversées.

Lire la suite de « Mon avis sur « Le syndrome du spaghetti » de Marie Vareille »

Elia, Passeuse d’âmes : tome 1 – Marie Vareille

Elia, Passeuse d’âmes : tome 1elia-passeuse-dames

Marie Vareille

Genre : Fantasy / Dystopie

Pages : 317.

Note excellente lecture

Quatrième de couverture :

“Les prophéties ne s’accomplissent que si quelqu’un a suffisamment de courage pour les réaliser”
Elia vit dans une dictature divisée en deux catégories : l’élite, les Kornésiens, et la classe exploitée, réduite en esclavage : les Nosoba. Elia est une Kornésienne. À quinze ans à peine, elle exerce en tant que passeuse d’âmes à l’hôpital de la capitale du pays : elle euthanasie tous ceux qui seraient considérés comme inutiles ou dangereux pour la communauté. Un jour, un jeune Nosoba, de la caste des intouchables parvient à la convaincre de l’aider à s’échapper, alors même qu’elle avait ordre de l’exécuter. Accusée de trahison, Elia s’enfuit…

Avis :

J’avoue ne pas avoir été très attirée par ce livre à cause de la couverture qui ne reflète pas du tout l’histoire je trouve. Puis j’ai lu plusieurs avis très positifs, et comme j’adore les dystopies je me le suis finalement procuré.

Même s’il y a des codes de dystopies un peu facile qui ont été repris j’ai trouvé l’histoire très prenante. La façon en revanche de raconter l’intrigue est plutôt originale. Finalement on se retrouve avec une histoire novatrice, même si c’est une dystopie.

Comme j’en lis beaucoup, je deviens assez pointilleuse et j’ai peu d’être déçue. Forte heureusement ce n’est pas le cas ici. Les personnages sont forts. J’ai beaucoup aimé chacun d’entre eux. On n’a pas de mal à s’imaginer à la place d’Elia et on comprend tout ce qu’elle éprouve.

L’univers est très travaillé, structuré. L’auteur nous plonge dès le début dedans avec des mots de son vocabulaire que l’on comprend au fur et à mesure de la lecture.

En refermant le livre je me suis tout de suite demandé : à quand la suite ? Patienter entre les très bonnes lectures devient très difficile !

En bref, si vous aimez les dystopies vous devriez beaucoup aimer celle-ci. Vivement la suite pour découvrir un peu plus de l’univers imaginé par Marie Vareille.

• • •

Intrigue : +++++

Personnages : +++++

Ecriture : +++++