Mon avis sur « La Faucheuse, tome 1 » de Neal Shusterman

Publication Instagram beauté éthique nudeLa Faucheuse, tome 1

Neal Shusterman

Traduction : Cécile Ardilly

Edition : Collection R

Parution : 16 Février 2017

Genre : Science-fiction / Young Adult

Pages : 493.

 

j'ai adoré

 

Quatrième de couverture :

Les commandements du Faucheur :
Tu tueras.
Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
Tu accorderas une année d’immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t’ont résisté.

Lire la suite de « Mon avis sur « La Faucheuse, tome 1 » de Neal Shusterman »

Dry – Neal & Jarrod Shusterman

dryDry

Neal & Jarrod Shusterman

Traduction : Cécile Ardilly

Edition : Collection R

Genre : Dystopie / Young Adult

Pages : 445.

 

j'ai adoré

 

Quatrième de couverture :

Avez-vous déjà eu vraiment soif ?
La sécheresse s’éternise en Californie et le quotidien de chacun s’est transformé en une longue liste d’interdictions : ne pas arroser la pelouse, ne pas remplir sa piscine, limiter les douches…
Jusqu’à ce que les robinets se tarissent pour de bon. La paisible banlieue où vivent Alyssa et sa famille vire alors à la zone de guerre.
Soif et désespoir font se dresser les voisins les uns contre les autres. Le jour où ses parents ne donnent plus signe de vie et où son existence et celle de son petit frère sont menacées, Alyssa va devoir faire de terribles choix pour survivre au moins un jour de plus.
À la croisée des sagas U4 et la 5e vague, un roman catastrophe aux accents prophétiques.
Par l’auteur de la trilogie best-seller La Faucheuse, Neal Shusterman, et son fils.

 

Avis :

J’avais très envie de lire la précédente parution de cet auteur : « La Faucheuse », mais je n’ai pas encore eu l’occasion. Celui-ci me tentait encore plus car c’est un one-shot. Entre une trilogie et un one-shot, c’est vite vu pour moi ! Ce roman a la particularité d’avoir été écrit par Neal Shusterman et son fils.

Les points de vues alternent entre plusieurs personnages. Ils sont tous très bien décrit, très bien travaillés donc on se repère très facilement. Ils sont profondément humains et c’est une force incroyable. Ils portent l’intrigue à un autre niveau. Ils ont leurs qualités et leurs failles, mais on s’y attache ou on les déteste. En tout cas ils ne laissent pas indifférents.

J’ai beaucoup aimé l’idée de départ et l’évolution de l’intrigue. Il y a, certes, quelques facilités et une fin qui ne me convient pas, mais elle reste super bien menée. Elle a ce quelque chose de très visuel, qui rend les choses imagées. Cela est sûrement du au fait que Jarrod Shusterman est scénariste.

C’est addictif. Je voulais savoir la fin, je voulais savoir comment les personnages allaient faire, si le Tap-out allait se résoudre ou bien tout détruire. Bref, un scénario catastrophe page-turner que je n’ai pas pu lâcher. J’avoue que l’histoire m’a fait froid dans le dos. Elle est vraiment très réaliste et cela a de quoi vous donner des cauchemars. Je trouve que la psychologie humaine est bien amenée et encore une fois super réaliste.

En bref, une bonne dystopie que j’ai beaucoup aimé. Je n’ai pas pu lâcher le bouquin avant la fin, malgré quelques facilités.

• • •

Moi, en lisant le livre :

Le goût amer de l’abîme – Neal Shusterman

Le goût amer de l'abimeLe goût amer de l’abîme

Neal Shusterman

Traduction : Lilas Nord

Edition : Nathan

Genre : Contemporain

Pages : 400.

 

je n'ai pas aimé

 

Quatrième de couverture :

Caden est un adolescent de quinze ans ordinaire, qui s’intéresse à l’athlétisme et aux jeux vidéo. Pourtant, il adopte un comportement de plus en plus étrange aux yeux de ses parents : il marche seul et pieds nus dans les rues, craint que ses camarades de classe ne veuillent le tuer… Dans son esprit, Caden est devenu le passager d’un navire voguant sur des mers déchaînées.
Lorsque cela devient trop difficile pour lui de garder le contact avec la réalité, ses parents doivent l’interner en asile psychiatrique. Commence pour le jeune homme un long voyage qui doit le mener au plus profond des abysses, au risque de s’y noyer…
Inspiré d’une histoire vraie, un roman d’une justesse incroyable sur les maladies mentales.

 

Avis :

Un grand merci aux éditions Nathan pour l’envoi de ce roman. J’étais impatiente de  le découvrir, ayant reçu le « National Book Award » et écrit par l’auteur de « La Faucheuse », qu’il faut que je lise !

Malheureusement je suis passée totalement à côté de ce livre. Je l’ai trouvé trop contemplatif. Il n’y a pas d’intrigue à proprement parler. J’aime les romans avec un minimum d’action.

En même temps je comprends pourquoi ce roman peut être touchant. Il sonne très juste par rapport au thème des maladies mentales. Il est très décousu et il y a des réflexions intéressantes. Objectivement c’est sûr qu’il est excellent.

Mais moi il ne m’a juste pas touché. J’ai eu du mal à accrocher avec ce côté très plat et sans intrigue. C’est comme si l’on se trouvait dans le brouillard des pensées de Caden, tout est très confu.

En bref, ce livre est excellent d’un point de vu objectif. Mais je n’ai pas réussi à entrer dedans du tout. 

• • •

Quand je voulais vraiment aimer un livre et que ça ne l’a pas fait :