Mon avis sur « Lettre à toi qui m’aimes » de Julia Thévenot

Quatrième de couverture :

Yliès et Pénélope, ça sonne comme un couple fait pour s’aimer, un duo romantique de lettrés ; c’est musical, gourmand, sucré-salé. Alors pourquoi Pénélope ne l’aime-t-elle pas, Yliès, hein ? Elle joue avec lui, en plus, sérieux : du jour où elle l’a rencontré, elle a su qu’elle lui plaisait. Elle l’a senti, compris. Alors pourquoi, pourquoi, l’a-t-elle laissé s’approcher, s’amouracher, se glisser dans son quotidien et ses amitiés, aller aussi loin, aussi près ? Pourquoi ne veut-elle pas l’aimer ?

Avis :

Typiquement le genre de lecture que j’affectionne, j’étais ravie de pouvoir le trouver à la médiathèque.

J’ai été charmée par la plume de l’autrice. Elle m’a un peu fait penser à la plume iconique de mon autrice chouchou : Joanne Richoux. Ce quelque chose de léger, électrique et rock’n’roll.

J’ai adoré le personnage principal : Pénélope. Elle est solaire, survoltée et en plein dans la fin de son adolescence. Ce moment si particulier de la dernière année de lycée. Je me suis beaucoup reconnue en elle. Forcément ça joue sur l’attachement.

Le récit est moderne et poétique. Il joue avec les vers libres pour une claque fraîche et pétillante. Un roman qui repose sur les émotions qu’il transmet. Je l’ai lu d’une traite, plongée dans l’intrigue.

En bref, il ne passe pas loin du coup de coeur. Je ne peux que recommander ce livre si vous aimez la poésie moderne et si vous voulez retrouvez les émotions brutes de l’adolescence.

• • •

Moi devant les dernières lignes :

10 commentaires sur « Mon avis sur « Lettre à toi qui m’aimes » de Julia Thévenot »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s