The Ones, tome 2 – Daniel Sweren-Becker

the ones tome 2The Ones, tome 2

Daniel Sweren-Becker

Traduction : Benjamin Kuntzer

Genre : Dystopie / Young Adult

Pages : 301.

 

je n'ai pas aimé

◊ ATTENTION LA SUITE PEUT VOUS SPOILER

SI VOUS N’AVEZ PAS LU LE PREMIER TOME ◊

Cliques ici pour mon avis sur le premier tome !

 

Quatrième de couverture :

La révolte bat son plein. Les Ones, ce 1 % de chanceux sélectionnés par le gouvernement pour être génétiquement modifiés à la naissance, sont cernés. Et le mouvement Égalité n’a jamais été aussi puissant.

Farouchement déterminée à sauver son petit ami James qui s’est sacrifié pour elle, Cody se met à frayer avec un groupe de rebelles qui défend les droits des Ones envers et contre tout. Mais alors qu’elle se rapproche de leur leader, le mystérieux Kai, elle comprend rapidement que celui-ci a un plan plus fou que tout ce qu’elle aurait imaginé. Un plan qui pourrait changer le futur des Ones pour toujours. Et elle sait que Kai ne reculera devant rien…

 

Avis :

J’attendais grandement ce deuxième tome puisque le premier avait été un presque coup de coeur et qu’il nous laissait sur un vrai bon cliffhanger. Et surtout j’adore les diptyques et les dystopies.

Malheureusement ce tome 2 est très décevant. Pourtant je défendais bec et ongles le premier tome. Il était fort, juste et touchant. J’ai perdu tout ce que j’avais aimé dans cette suite.

L’intrigue est plate. On s’ennuie pendant presque tout le roman. Les personnages ont perdu toute leur fougue. J’avais hâte de retrouver James, Cody et Kai, mais je n’ai pas retrouvé ce que j’ai aimé dans le premier tome.

Tout ce que j’avais ressenti, tout ce qui avait été prenant n’est pas retranscrit ici. Le récit est juste mal exploité. On a une succession d’éléments, que j’ai trouvé peu crédibles. C’est vraiment dommage parce que le premier tome était tellement bien mené.

Les réflexions qu’apportaient le précédent livre sont encore un petit peu insufflées ici, mais de façon beaucoup plus légère. Tout du moins on ne nous donne plus envie de prendre les armes avec les personnages.

En bref, une belle déception pour ce deuxième tome. C’est toujours ma crainte avec les suites que j’attends beaucoup.

• • •

Quand la suite d’un roman que tu avais adoré n’est pas à la hauteur :

 

The Ones – Daniel Sweren-Becker

The Onesthe-ones

Daniel Sweren Becker

Traduction : Benjamin Kuntzer

Genre : Dystopie / YA

Pages : 336.

Note excellente lecture

Quatrième de couverture :

Cody a toujours été fière d’appartenir aux Ones. Son petit ami, James, et elle font partie du 1% de chanceux sélectionnés à la naissance par le gouvernement pour être modifiés génétiquement. Aujourd’hui, les Ones excellent en tout : ils sont beaux, talentueux, intelligents, sportifs… Mais pour certains, c’est une injustice. Et le mouvement Equality profite allégrement de la jalousie et de la peur montante au sein de la société, pour gagner des voix et imposer son parti. Le gouvernement américain montre alors sa face la plus sombre et les Ones deviennent illégaux. Alors que la frontière entre bien et mal se brouille, Cody rejoint un groupe de radicaux qui ont bien l’intention de préparer la révolte. Et James commence à se demander jusqu’où elle pourrait se battre….

Avis :

J’adore les dystopies et quand j’ai vu celle-ci je n’ai pas pu résister ! Sa sortie a fait un peu de bruit et j’étais très étonnée de sa note actuelle sur Livraddict.

Ce que j’ai beaucoup apprécié dès le départ c’est que nos deux protagonistes soient en couple. On échappe donc à la romance banale qu’on sent arriver à des kilomètres à l’avance dans ce genre de livres.

Dès les premières pages on se prend dans l’histoire. Le premier chapitre vous annonce la couleur. Je me suis sentie tout de suite prise dans l’intrigue. La tension monte crescendo et plus on avance, plus on retient son souffle.

Les personnages ont tous des qualités et des défauts. C’est ce qui les rend profondément humains et réels. Bien qu’ils soient un poil clichés, ce travail sur leurs caractères nous fait passer l’éponge.

On a parfois l’impression dans les dystopies d’avoir ce décalage entre le réel et l’imaginaire qui nous éloigne de l’intention de base. Une dystopie est censée pouvoir se réaliser « dans le pire des cas ». Cela nous met en garde contre des dérives de la société. Ici on sent vraiment comment on peut en arriver là.

C’est ce qui nous tient en haleine tout le long. On ressent toute cette haine, cette injustice. Tout le long on veut agir avec les personnages. La force de ce roman c’est de vous emporter avec lui.

Le seul bémol, qui est aussi une bonne nouvelle puisque j’ai aimé cette lecture, c’est qu’il va y avoir une suite. Je préfère les one shot et rien n’indique que ce roman aura une suite quand on le commence. Evidemment avec cette fin il ne peut que y avoir une suite !

En bref, on frôle le coup de coeur. Je vous le conseille vraiment si vous aimez les dystopies !

• • •

Intrigue : +++++

Personnages : +++++

Ecriture : +++++