Mon avis sur « Les sentinelles de Pangéa » de Joslan F. Keller

Les sentinelles de Pangéa

Joslan F. Keller

Edition : Scrineo

Parution : 15 octobre 2020

Genre : Science-fiction / Young-Adult

Pages : 359.

Quatrième de couverture :

Sur l’île-monde de Pangéa, où la magie cohabite avec une science balbutiante, la vie s’écoule, paisible et bucolique. Sauf que dans une région excentrée, le sandjak de Valbara, une épidémie d’origine inconnue consume la population et les animaux. Au cœur de la zone touchée se trouve la grotte sacrée de Snerochka.

Pour découvrir l’origine du mal, le Conseil des Sept Sages de Pangéa décide de missionner une ligue de spécialistes. À sa tête, Lowana, une jeune biologiste experte en environnement et Renjo, un garde forestier taciturne.

Tous deux vont devoir apprendre à s’apprivoiser, au long d’une expédition semée d’embûches. Un périple jalonné par la présence permanente des énigmatiques Sentinelles, de grandes tiges de métal dont on ignore tout.

Lowana va-t-elle trouver la cause du fléau ?

Au terme de cette quête de tous les dangers, il y a peut-être des secrets encore plus terribles que tout ce qu’elle avait pu imaginer…

Avis :

Merci à Scrineo pour l’envoi de ce livre (et navrée pour ce qui va suivre). Ca faisait longtemps que je n’avais pas eu envie de râler comme ça ! D’abord attirée par cette jolie couverture puis par le résumé, j’étais curieuse de découvrir ce roman. Avant de me lancer dans cette lecture, j’ai pu voir passer pas mal d’avis négatifs. Je me suis donc lancée, juste histoire de me faire mon propre avis et de lui laisser sa chance. Quelle ne fût pas cette bonne idée… Celles et ceux qui me connaissent savent que quand je prends en photo des passages et que je démarre une note dans mon téléphone, ça sent mauvais (si tu veux suivre ce genre d’aventure en live, n’hésite pas à me suivre sur Instagram).

On débarque dans un univers de science-fiction plutôt original. Au premier abord, on a l’impression d’une société utopique. Pourtant les protagonistes vont devoir faire face à des événements qui vont bouleverser leur société. Si le pitch de départ semble plutôt sympa, c’est dans la réalisation qu’il y a beaucoup de couacs.

Déjà, le rythme est lent et mal géré. C’est pas que c’est un style contemplatif ou qu’on instaure une ambiance. Non, c’est juste que dans la première moitié que j’ai lue, il ne se passe pas grand chose de plus que l’on ne découvre déjà dans la quatrième. Les personnages sont clichés et lisses et c’est surtout ce point qui m’a dérangé.

Mais alors ce qui m’a fait carrément rager c’est le traitement des personnages; notamment féminins. Les descriptions de femmes, d’autant plus de la protagoniste, sont totalement différentes et disproportionnées par rapport à leurs collègues masculins. A tel point que ça en devient malaisant.

L’intrigue regorge de clichés sexistes qui m’a fait lever les yeux au ciel (voire carrément grogner à voix haute). Le personnage principal féminin est belle, charismatique et ce sont ses principaux atouts. En tout cas ce sont ces qualités qui sont largement mises en avant et on fait passer ses autres qualités pour des défauts (la curiosité, l’audace et l’ambition). Le personnage masculin quant à lui est sombre et mystérieux. Retour 15 ans en arrière dans la littérature, youpi.

Pour vous donner quelques exemples concrets : un moment le groupe se crash en avion. Ils vont trouver une personne pour les escorter qui acceptera de les sauver car Lowana est jolie. Bin ouais normal. Quelques chapitres plus loin elle se rend à une soirée. Tous les hommes se retournent sur son passage et les femmes la jalousent. C’est bien connu, il n’y a que des hétéros dans une pièce et surtout les hommes se retournent sur tout ce qui bouge et les femmes sont jalouses entre elles. C’est dommage parce que l’auteur n’exclue pas un peu plus tôt dans son livre, certains spectres de la sexualité comme être homosexuel.le, bi ou même aro/ace.

Ceux-ci ne sont que deux petits exemples d’un texte rempli de clichés du même acabit. Ce n’est pas forcément malveillant, mais on sent l’auteur qui n’est pas du tout déconstruit sur les questions féministes et à l’heure actuelle, d’autant plus en littérature jeunesse et young adult, ça me pose un gros problème.

J’ai lu en diagonale les derniers chapitres et surtout les notes de l’auteur tout à la fin. Certes le thème abordé était important, mais bon nous parler d’enjeux écologiques quand on a de tels clichés de personnages ça gâche tout.

En bref, je ne suis pas fermée au débat. Si quelqu’un l’a lu et apprécié ou même si l’auteur souhaite échanger plus longuement avec moi, je suis curieuse. Je parle surtout de mon propre point de vue et ressenti. Ma chronique n’a pas pour but de créer de scandale, loin de là, mais plutôt de donner ma propre expérience de lecture.

• • •

Moi en pensant à la chronique que j’allais rédiger pendant ma lecture

4 commentaires sur « Mon avis sur « Les sentinelles de Pangéa » de Joslan F. Keller »

    1. C’est vrai que c’est une super maison d’édition ! Cela ne la remet par du tout en cause 🙂
      Chacun sa sensibilité sur le sujet mais je suis comme toi, ce genre de chose ne passe vraiment pas.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s